☰  MENU

Traversée de la Meije

Après la Traversée du Rateau la semaine précédente et une randonnée sur 4 jours bien arrosée, on remonte au promontoire chez Nathalie et Fredi pour la traversée de la Meije. Demain sera un jour pas…

Après la Traversée du Rateau la semaine précédente et une randonnée sur 4 jours bien arrosée, on remonte au promontoire chez Nathalie et Fredi pour la traversée de la Meije. Demain sera un jour pas comme les autres puisque ce sera le jour des 26 ans de Théo ! Montés dans la matinée pour éviter le plein cagnard, on va repérer les premiers pas de l’arête dans l’après-midi avant de nous faire attraper par Yoska le fils des gardiens qui veut prendre sa revanche à la bataille corse depuis la semaine dernière. La fin d’aprèm et la soirée se passent un peu dans les nuages et tout le monde croise les doigts pour qu’il ne pleuve pas comme la veille.

Au réveil la nuit est bien claire et j’enquille l’arête puis le couloir Duhamel jusqu’au pied de la grande muraille. Au loin une cordée guidée qui court dans la nuit et dont nous percevons par intermittence les frontales. Et derrière nous quelques cordées en contrebas. Théo prend le relais et nous grimpons la muraille aux passages historiques très bien décrits dans les topos.

Nous arrivons sans encombres au glacier carré qui nous accueille avec un très bon regel ! Bientôt nous commençons à remonter la face du grand pic et nous attelons à dénicher le cheval rouge dernier passage mythique.

À 8h nous sommes au sommet super content de cette première partie de la course magnifique, au cheminement rusé et au très bon caillou. Après le rateau par les arêtes nous sommes comblés, le bon rocher oisans existe aussi !

Presque une heure de pause plus tard le temps que la première cordée finisse leurs rappels et sortent de la brèche, c’est parti pour les trois rappels. Puis viens le câble et la portion en neige dure/glace le tout en très bonnes conditions.

C’est alors le temps de la traversée des dents et déjà la remontée au doigt de Dieu. Nous savourons le moment au sommet avant de désescalade en direction du rappel qui nous mène à la brèche sous le doigt de Dieu. Après un petit crapahut, un dernier rappel nous amène sous la rimaye.

Après quelques 10 heures de course on se laisse descendre jusqu’à l’Aigle où nous retrouverons la cordée précédente ainsi que le gardien et l’aide-gardienne. Le temps passe vite avec les blagues qui fusent à tout va autour du café et il est dur de redescendre en vallée. Pourtant il est prévu de bien fêter la date et cette course magnifique ce soir même !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

← Prev Alpinisme ItemGrand Paradis – automne 2016

Next Alpinisme Item →Grimpe autour de l’Olan