☰  MENU

Grimpe autour de l’Olan

En ce mois de juin compliqué, marqué par de fortes chutes de neiges la semaine précédente, avec Théo et Perrine nous nous dirigeons vers une vallée, bien orientée, au sud du massif des Écrins, la…

En ce mois de juin compliqué, marqué par de fortes chutes de neiges la semaine précédente, avec Théo et Perrine nous nous dirigeons vers une vallée, bien orientée, au sud du massif des Écrins, la vallée de l’Olan avec pour objectif de réaliser les voies rocheuses en condition. Arrivés au refuge gardé par Émilie et Mélanie nous avons le droit à un bon plat de lasagnes tout en discutant avec les quelques personnes présentes au refuge. Pas besoin de se mettre la pression pour une reprise, nous décidons d’un réveil à 6h pour faire la voie purée de rando dans les contreforts de l’Olan, Très bien indiquée pour une grimpe matinale au soleil ! Au réveil, les tables extérieures sont mouillées par une averse matinale mais nous partons sous un temps couvert en comptant sur le rayonnement pour sécher la paroi. Vers 8h nous commençons la grimpe avec une longueur mouillée et un peu retorse. Une ou deux longueurs plus tard nous attaquons le beau pilier orangé avec deux belles longueurs.

Nous redescendons en rappel et malgré un petit coinçage de corde de corde sur le haut nous arrivons vers 13 h au refuge pour casser la croute et faire une petite sieste et oui !

À 14h 30  s’est reparti pour de Rouye et d’Os, très proche du refuge et orientée ouest nous pensions la faire au soleil. Mais comme ce matin la météo est capricieuse brouillard, bruine et petites averses. Le rythme est pris et en 4 heures nous sommes de retour au refuge pour un apéro bien mérité !

Le soir le choix est difficile car les pentes sous l’Olan n’ont pas purgées, et le pilier nounours est humide. Nous partirons pour Inoxydable dans la Rouye.

Mercredi départ tardif vers 7h30. L’approche dure dans une neige profonde peu regelée et nous commencerons la grimpe après 8h30. Ici on grimpe précautionneusement car la paroi goutte dans L1 et L2 est moussue ! L3 est sous la neige.

Après un quart d’heure d’errements dans L3 sous la neige je décide d’aller voir à droite car je ne trouve n’y de relais ni la suite de la voie et le terrain exposé commence à m’agacer. Sautant auparavant de bloc émergé en bloc émergé je me risque à mettre les chaussons dans une petite bande de neige qui tient… puis c’est la zipette et mes mains ancrées à plat dans la neige me retiennent mais mon épaule droite se déboite… Pas vraiment ce dont on rêve dans un terrain pas top comme celui-ci. Je ne peux pas lever le bras. J’informe Théo que j’ai un pépin.

Au final en tirant et en appuyant sur mon épaule elle se remboite et je retrouve une mobilité moindre et douloureuse. Je vais redescendre. J’étais passé au dessus d’un goujon situé sur un dalle émergée de la neige. Je le rejoins par le haut désescalade et me fait mouliner doucement jusqu’à R2 d’où nous redescendons en 2 rappels.

Nous arrivons vers 11h30 au refuge, mangeons et redescendons.

Malgré cette épaule en vrac (je croise les doigts pour que cela se remette vite), nous avons passés deux belles journées de grimpe dans ce superbe cirque !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

← Prev Alpinisme ItemTraversée de la Meije

Next Alpinisme Item →Couloir Nord du Grand Van